Chroniques

{Chronique} Le secret de Pembrooke Park, Julie Klassen

Titre : Le secret de Pembrooke Park

Auteur : Julie Klassen

Editeur : Milady Romance

Genre : romance

Prix : 15.20 euros

 

Oui, je vous l’accorde, cette histoire n’est ni fantastique, ni fantasy, ni ne fait partie des littératures de l’imaginaire. Aujourd’hui je vous présente une romance. D’ordinaire, ce n’est pas un genre que j’apprécie. Souvent à cause des aspects un peu niais des relations, souvent même tirées par les cheveux, le manque de profondeur ou alors les triangles amoureux, chose que je déteste au plus haut point dans un récit. Certes il n’y en a un ici, mais il sert à l’intrigue et l’époque dans laquelle il s’inscrit. Cependant, ce fut un gros coup de cœur.

Résumé :

Jeune femme sensée, Abigail Foster s’inquiète pour l’avenir de sa famille depuis qu’elle est ruinée jusqu’à ce qu’un étrange notaire leur propose d’emménager dans un grand manoir, Pembrooke Park, abandonné depuis dix-huit ans. Son père et elle s’y rendent et sont accueillis par le charmant vicaire, William Chapman, qui leur apprend que, selon des rumeurs, une pièce secrète renfermerait un trésor… Aux prises entre de vieux amis et de nouveaux ennemis, Abigail ignore la nature des dangers auxquels elle devra faire face avant de lever le voile sur ces mystères et de trouver l’amour qu’elle recherche depuis toujours…

Mon avis :

Abigail, se sentant coupable du déclin financier de sa famille et soucieuse de lui redonner un certain confort, cherche une maison plus modeste pour s’y installer et y vivre convenablement. C’est sans compter le caractère superficiel et l’amour des mondanités de sa mère et sa sœur, chose dont elle apporte peu d’importance. Figure de la sœur différente et rejetée, elle sera tout le long du roman traitée comme une maitresse de maison mais non comme une femme à courtiser, jusqu’à sa rencontre avec William Chapman, pasteur.

Coup de chance (ou malchance) un certain Mr Arbeau vient lui présenter le projet de location du manoir de Pembrooke Park pendant un an. Ne voulant pas laisser passer cette chance, ils acceptent et Abigail part s’occuper de la préparation pour l’arrivée de sa mère et sa sœur après sa Saison. C’est durant ce temps qu’elle se constituera son quotidien avec la famille Chapman entre loisirs et organisation. De forts liens commencent à se créer quand la présence d’un certain Miles Pembrooke au manoir vient tout chambouler.

Sa quête du trésor est compromise par cette présence étouffante et des perturbations affectives pointent le bout de leur nez. L’écriture est bien pensée, les évènements se suivent intelligemment. La lecture devient un défi, un rubikscube à remettre en place au fur et à mesure des révélations. Le lecteur est Abigail, Abigail est le lecteur, personne inconnue qui arrive dans ce village plein de mystères et de secrets.

Comme les éléments de réponse, les personnages se livrent et se dévoilent tout le long du récit. Les sentiments amoureux s’entrecroisent et le paraître gagne de plus en plus d’importance. Le masque cachant les véritables sentiments et raisons d’une présence, d’un geste ou d’une parole. Abigail un personnage trop peu confiant, Louisa beaucoup trop pour son âge, William difficile à déceler, Leah pouvant paraître distante et Mac totalement protecteur, par exemple. Les personnages évoluent en fonction des relations qui se créent. Le lecteur est souvent dans le même sentiment d’incrédulité et de culpabilité d’Abigail quand celle-ci se rend compte que certains de ses actes ne plaisent pas, mais qui étaient pourtant plein de générosité.

En effet, on retrouve un triangle amoureux, de la jalousie, de l’envie et des mensonges amoureux. Mais on se trouve dans une époque où le rang importe et joue un rôle capital dans les relations amoureuses. Les convenances restent un frein à certaines relations qui se délieront finalement. C’est pourquoi j’ai trouvé qu’ici, il n’était pas de trop. Pendant ces périodes, les femmes étaient courtisées par plusieurs hommes et les demandes en mariage florissaient pour certaines. Avoir plusieurs courtisans n’était pas mauvais en soi. C’est pourquoi la relation d’Abigail avec les deux hommes qu’elle apprécie et qui se battent pour elle est utile et constitue un intérêt de plus à la lecture.

Néanmoins, ce n’est pas le plus important de l’intrigue. Le secret de Pembrooke Park et toutes les ombres qui l’entourent constitue l’intrigue principale. Une histoire de trahison sur fond de romance ? Une romance agrémentée de mystère ? Impossible de le décrire mais totalement appréciable.

En bref, une écriture fluide, correspondante à l’époque choisie et pleine de suspens. C’est une lecture que je vous recommande vivement. Vous pouvez y aller les yeux fermés.

 

A shopper ici

 

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *